Rapport à la religion dans la saga

17/06/2022

Être transparent, à l'image de ce titre très informatif, est ma volonté du jour. Après avoir passé des mois à vous informer de mes sources dans les "religions du Livre", vient la question du rapport à la Religion (toutes croyances confondues) véhiculé par mes écrits.

Même si je ne me pose pas souvent la question, je pense pouvoir être rattaché au scepticisme. En effet, bien que cela puisse sembler étrange pour qui crée des mondes plein de magie et de créatures surnaturelles, je suis de formation scientifique et j'ai l'esprit très cartésien. Or, il n'y a aucune preuve scientifique qui confirme ou infirme l'existence d'un ou plusieurs dieux. Bien que les divinités soient souvent présentes dans mes romans, je n'affirme donc ni leur réalité ni leur irréalité dans la "vraie" vie, ils restent dans le domaine de la fiction. Et quand bien même j'aurais eu une croyance, des ouvrages de divertissement à l'attention du grand public ne sont pas un bon théâtre pour en vanter les mérites.

Après avoir étudié une quarantaine de panthéons venus de tous les coins du globe, je peux toutefois dégager de leurs légendes que les dieux ne sont pas des êtres parfaits. En proie aux mêmes travers que les humains (jalousie, colère, passion...) et souvent cruels envers ceux qui les défient, ils n'ont vraiment rien de propre à inspirer le respect, si ce n'est leur pouvoir surnaturel. Pourquoi donc leur rend-on ce culte immérité ? Par crainte d'une part, afin d'éviter une vengeance. Par intérêt ensuite, même s'ils répondent rarement aux voeux. Ce n'est ni plus ni moins que du racket, l'expression de la loi du plus fort.

Inconsciemment, je pense que cette conviction m'a aiguillé quand j'ai créé les Gardiens, ces êtres eux aussi immortels et capables de prodiges magiques mais droits, honnêtes, discrets (loin des cultes tape-à-l'oeil). Ils sont détestés des dieux car ils leur font concurrence, mais aussi car ils leur renvoient leurs défauts. Là encore, même s'ils sont un peu idéalisés, les Gardiens ne sont pas parfaits : ils sont juste bienveillants et ça fait déjà une sacrée (sans mauvais jeu de mots) différence avec les dieux. Enfin, les Gardiens ne craignent rien ni personne, ni dieux ni démons qu'ils surclassent, et cette impudence s'est transmise à leurs enfants les Sang-Mêlé.

A SUIVRE